Vote sur les rythmes scolaires : parodie de consultation

Publié le par Front de Gauche 90

M. Damien Meslot vient de lancer une consultation des parents d'élèves et des enseignants, sur la réforme dite "des rythmes scolaires", qui a introduit la semaine de 4 jours et demi et les activités de découverte organisées par la mairie. Malgré la qualité des activités proposées aux enfants et l'engagement important de tous les acteurs de l'accueil périscolaire, nous jugeons la réforme mauvaise.

En effet, l'accès aux activités artistiques, culturelles et sportives, doit relever de l'éducation nationale, c'est-à-dire qu'il doit être organisé sur le temps scolaire, sous la responsabilité des enseignants. C'est la condition pour que tous les enfants bénéficient de ces activités, quel que soit le lieu où ils grandissent. C'est aussi la condition pour que cette nécessaire ouverture au monde facilite véritablement la scolarité des enfants.

Le problème posé par la réforme des rythmes scolaires ne tient donc pas à l'organisation de la semaine sur 4 jours et demi plutôt que sur 4 jours, mais bien à ce que ce changement de rythme se soit fait à temps scolaire constant, avec délégation des activités d'éveil et de découverte aux municipalités. C'est de plus d'école et mieux d’école dont les enfants ont besoin, en particulier les enfants les plus éloignés de la culture scolaire.

C'est pourquoi nous estimons que la question posée aux parents et aux enseignants par la municipalité, à savoir "souhaitez-vous un retour à la semaine de 4 jours", ne permet pas d'engager la grande réflexion éducative que nos enfants méritent.

D'autre part, la méthode qui consiste à solliciter l'avis de la population en une semaine, sans organiser au préalable de grands débats publics, sans même solliciter les instances démocratiques et représentatives que sont les conseils d'école, pose problème. Ce n'est pas notre conception d'un débat démocratique à la hauteur des enjeux auxquels fait face l'école aujourd'hui, avec l'aggravation des inégalités sociales devant la réussite scolaire.

C'est en fait une parodie de consultation, vite expédiée, qui ne résoudra aucun problème, et visant à servir les intérêts politiques de M. Meslot

C'est pourquoi nous appelons les parents et les enseignants à refuser de participer au vote, et à exiger le grand débat public sur l'école dont nos enfants ont besoin, associant tous les acteurs de l'école, décliné quartier par quartier.

Publié dans Communiqués

Commenter cet article